Home » actualite » Naert : « Quand tu n’es pas à 100%, vaut mieux rester à la maison. »

Naert : « Quand tu n’es pas à 100%, vaut mieux rester à la maison. »

Le meilleur marathonien belge du moment ne sera pas au départ des 42,195 kilomètres à Londres. L’athlète de l’Excelsior Koen Naert a préféré renoncer au grand rendez-vous de cet été. Bien que la forme refait progressivement surface, Koen a (trop) longtemps souffert des tendons d’Achille suite à un problème de voûte plantaire et s’estimait un peu « juste » afin de défendre valablement ses chances sur sa distance de prédilection. « C’est dommage, mais quand tu n’est pas prêt à 100%, je trouve que c’est mieux de rester à la maison, » explique t-il, avec encore un brin de déception dans la voix. Mais le marathonien relativise.

KoenDu haut de ses 27 ans, le jeune papa d’une petite fille du nom de Finn, de presque sept mois maintenant, sait qu’il a encore des belles années devant lui. « J’ai encore des objectifs dans le viseur, donc je me concentre là dessus. Maintenant, il est vrai que ce n’est pas facile de voir l’annonce de la délégation. Mais bon, c’est comme ça mais je maintiens ma décision de ne pas prendre le départ. »

 

Dans cette année post-olympique, où il avait terminé 22e à Rio, Londres aurait été une opportunité de faire un bon résultat. A présent, les douleurs sont derrière lui, « on a encore vu une tâche d’inflammation sur l’échographie» mais qui ne lui empêchant pas de courir ses 190 kilomètres par semaine. « Je vais deux fois par semaine chez mon kinésithérapeute, Vincent, qui fait un travail formidable. Je dois renforcer mon pied, l’améliorer pour le futur car c’est déjà la deuxième fois que j’ai des problèmes en cinq mois. » Un travaille conséquent est nécessaire, lui qui ne veut plus que son pied lui fasse défaut, surtout maintenant qu’il a Berlin dans le viseur. « L’été prochain, il y aura les Championnats d’Europe. Berlin est même plus important que Londres, » explique t-il, déjà les yeux rivés vers l’été prochain. Avec son chrono réalisé en avril à Rotterdam, soit 2 :10’16, Koen avait signé le meilleur temps de sa carrière, pas loin de la barrière des 2 h10 qui l’obstine. Ce chrono lui offre déjà son billet pour le prochain Euro, lui permettant de se concentrer au maximum sur sa préparation. « Je vais encore courir un marathon début novembre. Il me reste trois mois de préparation pour être au top et passer sous cette barrière.»

 

Avant Berlin 2018, Koen regardera Londres 2017 depuis son fauteuil, avec sa fille sur les genoux, sans déception mais avec les yeux tournés vers l’avenir, qui ne peut qu’être meilleur pour le marathonien.

A lire dans La Capitale de ce mardi 02 août.

Étiquettes

Add To TwiiterRetweet This Post item information on FacebookShare This Stumble ThisStumbleUpon This Digg ThisDigg This Add To Del.icio.usBookmark This

About The Author

Comments are closed.